Insécurité dans l’Est : la société civile Butembo déplore « l’inefficacité des FARDC » et plaide pour la mise en place d’une force de type Artémis

 

La question de l’insécurité dans l’Est de la République Démocratique du Congo continue à faire couler encre et salive suite aux attaques récurrentes qui sont enregistrées depuis plusieurs décennies.

Après l’assassinat de l’ambassadeur italien lundi 22 février dernier, la société civile coordination urbaine de Butembo dans la province du Nord-Kivu déplore « l’inefficacité des forces armées de la RDC mais aussi de la MONUSCO qui semblent ne pas être à la hauteur du défi sécuritaire dans cette partie du pays ».

Dans la presse mercredi 24 février, le Président de la société civile de la ville de Butembo regrette que les assaillants s’attaquent mêmes aux grandes agglomérations de la province.

« De nombreux actes de massacres et de tueries sont commis dans les grandes agglomérations. On réalise que les ennemis de la paix peuvent opérer où ils veulent et quand ils veulent. Malheureusement, ils ne cessent d’étendre leurs zones d’opérations malgré la présence des FARDC et de la MONUSCO qui montre ainsi leur inefficacité », a déploré l’Abbé Telesphore Malonga.

Tout demandant au gouvernement congolais de mener des enquêtes pour identifier les vrais auteurs de cette embuscade meurtrière et d’évaluer les opérations militaires et de la MONUSCO dans l’Est, ce cadre de la société civile plaide surtout pour « la mise en place d’une forces de type Artémis pour combattre et éradiquer les groupes armés ».

Une autre attaque des ADF a coûté la vie à au moins 12 civils dans la localité de Kisima dans le secteur de Ruwenzori, en territoire de Beni la nuit de mardi 23 à mercredi 24 février 2021.

Christopher Kambale

Lire aussi

Les plus populaires