Affaire 1 million de diplômes non signés à l’ESU : Thomas Luhaka recadre Muhindo Nzangi !

 

Thomas Luhaka balaye d’un revers de la main les informations selon lesquelles l’actuel Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) aurait trouvé sur la table plus d’un million de diplômes non signés. Dans une mise au point faite hier mercredi 12 mai à travers M. Célé Pata Kadiambi, son chargé de communication, le ministre honoraire qui vient de reprendre son siège de député national à l’Assemblée nationale, relève plusieurs incohérences dans la déclaration du Ministre Muhindo Nzangi.

Dans la mise au point en question, Thomas Luhaka Losendjola affirme n’avoir laissé aucun diplôme non signé sur la table de son successeur lors de la remise et reprise. Bien au contraire, soutient le camp Luhaka, « lors de son passage à l’ESU, Thomas Luhaka Losendjola a incité les établissements à s’acquitter de cette tâche dans les délais. D’où sa présence à l’Académie des Beaux-arts (ABA) où les diplômes ont été immédiatement délivrés aux lauréats ». Et de poursuivre qu’en vue de la sécurisation de ces papiers de valeur, « Thomas Luhaka Losendjola a doté les diplômes d’un timbre de sécurité pour éviter toute falsification ».

Face à ce qu’il considère comme « des allégations non fondées juste pour nuire en sa personne », Thomas Luhaka pense que « seul l’auteur (ou les auteurs) des affirmations pourrait expliquer aux Congolais comment, avec une population estudiantine nationale avoisinant les 650.000, dont une moyenne de 50-60.000 diplômés par an, on pourrait, en 2 ans, avoir 1 million de diplômes en attente de signature ». Concrètement, estime-t-il, « pour atteindre ce nombre de diplômes, on devrait attendre une moyenne de 18 ans sans qu’aucun diplôme n’ait été signé ! »

Selon le service de communication au ministère de l’ESU, Muhindo Nzangi a débuté, le mardi 11 mai, le processus de signature de plus d’un million de diplômes non signés trouvés sur sa table. Du coup, les commentaires sont allés bon train dans l’opinion. « En République Démocratique du Congo, force est de constater que, depuis un temps, la pratique où l’on remet une attestation ou autres documents administratifs en lieu et place du diplôme, se porte bien. Plusieurs diplômé(e)s des universités et instituts supérieurs n’ont jamais reçu leurs diplômes. Parmi les raisons évoquées, il y a le manque de la signature du ministre de tutelle », ont conclu certains observateurs pointant d’un doigt accusateur le ministre sortant.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires