Détournement des fonds destinés aux victimes de la zaïrianisation : Matata Ponyo « disposé à être reçu par le bureau du Sénat le lundi 4 juillet »

« Je serai donc disposé à être reçu par le bureau du Sénat en date de lundi 4 juillet 2021 », demande Augustin Matata Ponyo dans une correspondance envoyée au président du Sénat le mardi 29 juin. Le sénateur prend rendez-vous avec le bureau de la chambre haute du Parlement suite au réquisitoire du Procureur de la République près la Cour constitutionnelle à propos du prétendu détournement de 140 millions USD destinés aux victimes de la zaïrianisation.

« (…) je vous informe que je suis disposé à rencontrer le bureau du Sénat pour lui fournir des éléments de réponse en rapport avec les accusations portées contre ma personne dans le réquisitoire en question », explique le sénateur Matata à Modeste Bahati. L’ancien Premier ministre veut réunir, de prime à bord, tous les éléments possibles avant d’éclaircir la lanterne de ses collègues.

« Compte tenu de la gravité des accusations et de la complexité du sujet au centre du réquisitoire, à savoir le paiement de la dette extérieure, et dans le souci de fournir aux membres du bureau des réponses pertinentes afin de leur permettre de décider judicieusement sur des dossiers qui remontent à près de deux ans depuis leur traitement, je vous demande de m’accorder un délai d’une semaine (…) », écrit Matata Ponyo.

Le sénateur est poursuivi par la justice pour avoir détourné près de 140 millions USD destinés aux victimes de la zaïrianisatiion imposée par le feu Maréchal Mobutu vers les années 70. Un réquisitoire du Procureur général de la République près la Cour constitutionnelle est déposé au Sénat et sollicite la levée de ses immunités.

Ce réquisitoire signé par Jean-Paul Mukolo Nkokesha demande au bureau du Sénat d’ « autoriser l’instruction en charge du sénateur Matata Ponyo pour détournement des deniers publics et lui permettre ainsi de présenter ses moyens de défense ». La levée des immunités du sénateur revient encore au menu au Sénat.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires