Affaire sextape des élèves : le cas Justin Luemba filmé nu puis élevé gouverneur ad intérim du Kongo Central fait jurisprudence [Analyse]

 

Renvoi définitif de Saint Georges et interdiction d’inscription dans toutes les écoles de la RDC. Sentence très sévère pour les élèves Ntumba Kalengayi, Bole Élonga, Kanza Luabanza, Mateka Mbemba et Luemba Brute, auteurs de la vidéo sextape sur les réseaux sociaux depuis dimanche dernier. Loin, l’idée d’encourager l’acte immoral posé par les infortunés, la décision des responsables scolaires d’exclure ces élèves du système éducatif apparaît plus que radicale, mieux extrême.


Il est vrai que ces cinq élèves ont commis une bourde qui touche tous les esprits. Mais l’État, qui a notamment la rééducation dans ses attributions, n’a aucunement droit de jeter un enfant dans la poubelle quel que soit l’acte commis. Bien au contraire, il appartient aux décideurs d’encadrer ces élèves auteurs de dérapage immoral.

Le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) aura beaucoup à gagner en mettant en œuvre, d’un commun accord avec les parents des élèves concernés, des mécanismes devant permettre a la société de récupérer les auteurs de la sextape. C’est ici qu’il faut relever les conséquences d’un enfant à qui on ferme les portes de l’école. Tony Mwaba est en passe de sacrifier la vie de cinq mineurs pour une bêtise qui peut être, d’une manière ou d’une autre, corrigée.


D’un autre point de vue, la décision sévère de l’EPST infligée à ces élèves de Saint Georges de Kintambo n’est pas un premier cas en RDC. En effet, le cas du vice-gouverneur Justin Luemba filmé nu et balancé sur les réseaux sociaux au mois de septembre 2019 pourrait faire jurisprudence. Qu’elle a été la sanction infligée à cette autorité provinciale par l’État congolais ? Comment peut-on laisser faire un adulte conscient et qui dispose des fonctionnalités mentales et punir des mineurs supposés consciement innocents ? Cela constitue un débat.

Le vice-gouverneur Justin Luemba arrêté entièrement nu, une femme qui l’accuse de viol et se retrouve licenciée : une affaire de moeurs et de « sex-tape » qui a suscité l’indignation dans une province, au pays et à l’international. Justin Luemba a été simplement interpellé par l’Agence nationale de renseignements (ANR) alors qu’il était nu dans un appartement officiel en présence d’une femme.

Le vice-gouverneur a finalement été relâché. Sa victime présumée a été révoquée pour « manquement grave (…) aux devoirs de déontologie et d’éthique », d’après un arrêté signé par le gouverneur du Kongo-Central, Atou Matubuana Nkuluki.

Le cas des élèves mineurs de Saint Georges pourrait devenir une question d’Etat au cas où le ministre Tony Mwaba n’envisagerait pas d’autres alternatives pour « redresser » les auteurs de cette vidéo de sextape.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires