Marche de LAMUKA : La CCD considère la décision du gouverneur de Kinshasa « plus que sélective et portant dangereusement atteinte à la liberté des manifestations »

 

La Convention chrétienne pour la démocratie (CCD) fait savoir que la décision du gouverneur interdisant la marche de LAMUKA au 15 septembre ne tient pas debout. Le parti dirigé par Lisanga Bonganga considère cette décision « plus que sélective et portant dangereusement atteinte à la liberté des manifestations telle que garantie par la Constitution ».


La CCD, partie prenante à cette marche, s’insurge contre la décision du gouverneur de Kinshasa qu’elle qualifie de deux poids deux mesures « alors que vous acceptez l’organisation en public, des activités politiques et culturelles au jour le jour, par des personnalités, associations et partis politiques d’obédience du pouvoir en place ».

Pour preuve, le parti de Lisanga cite la dernière activité en date, qui est le meeting tenu, par le président de l’Assemblée nationale, M. Christophe Mboso, au quartier Camp Luka dans la commune de Ngaliema à Kinshasa, le samedi 11 du mois courant. Cette organisation politique note que cette activité a été organisée « sans la moindre objection de votre part, comme s’il a été scientifiquement démontré que la contamination vantée dans votre décision sus-évoquée, serait le fait des marches de la coalition LAMUKA ou d’ autres forces socio-politiques acquises au changement, dans notre pays ».


La CCD invite Gentiny Ngobila à prendre « les dispositions utiles, pour encadrer la marche pacifique projetée par LAMUKA, en vue de préserver l’ordre public. Le gouverneur de Kinshasa a refusé de prendre acte de la marche de LAMUKA aux motifs, « du reste infondés », d’entrainer une contamination massive de la Covid-19, au regard des instructions de l’autorité suprême du pays et des restrictions édictées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires