Droit de réponse de M. Eugénie Salebongo Basoy sur l’article d’ACTU7 intitulé « EXCLUSIF : Eugénie Salebongo secrétaire générale au commerce extérieur sous le coup d’une plainte au Parquet général de Kinshasa/Gombe »

 

Eugénie Salebongo Basoy secrétaire générale au commerce extérieur a saisi le média en ligne non aligné pour faire son droit de réponse au sujet de l’article publié le jeudi 04 novembre dernier intitulé « EXCLUSIF : Eugénie Salebongo secrétaire générale au commerce extérieur sous le coup d’une plainte au Parquet général de Kinshasa/Gombe ».


Ci-dessous le droit de réponse

Les agents et cadres du programme Cadre Integré Renforcé (CIR) ont au cours d’une interview accordée au site d’informations en ligne ACTU7.CD reproché à Eugenie Salebongo Basoy, secretaire générale au commerce exterieur de licenciement abusif et massif dont ils sont victimes.


Dans cette entrevue du jeudi 04 novembre, ces derniers ont denoncé la violation par Eugénie Salebongo des prescrits des articles 73 alinéa 2, 76 et 79 de la loi portant code du travail qui a refusé de notifier aux agents et cadres du programme du cadre integré Renforcé (CIR) la fin de leurs contrats de travail.

La secrétaire generale au commerce extérieur Eugénie Salebongo souligne que le Cadre Integré Renforcé avait été un projet de l’Organisation Mondiale de Commerce piloté par le ministere du commerce extérieur.

Le programme CIR, un projet de l’OMC en RDC dont il a fallu implanter des palmes nés au niveau de la province du Kongo-Central, vu que tout projet doit avoir des gens, nous avons nommé un coordonnateur et un chef de division faisant partie d’une équipe qui venait du secretariat general, tous deux fonctionnaires de l’État possedant des numéros matricules.

Nous avons procedé au recrutement des agents qui ont passé des interviews et ont signé un contrat à durée déterminée avec un salaire sous le financement de l’OMC.

A lire aussi : EXCLUSIF : Eugénie Salebongo, secrétaire générale au commerce extérieur sous le coup d’une plainte au Parquet général de Kinshasa/Gombe

La secrétaire générale au commerce extérieur renchérit qu’à la fin de contrat au mois de décembre il y a eu une reunion entre les experts de CIR et moi comme point focal du programme et les consultants de l’OMC.

À l’issue de cette rencontre, nous nous sommes dits que le projet devrait être perenisé. C’est dans ce cadre que le Cadre Integré Renforcé devrait devenir une direction au sein du secretariat general au commerce extérieur, où nous avons révu notre nouveau cadre organique avec certains experts de la fonction publique. Trois ans aprés, nous avons eu un arreté signé à la fonction publique. Le programme CIR était devenu une direction avec un directeur et un chef de division. Ces derniers (directeur et chef de division) étaient fonctionnaires de l’État avec des numéros matricules.

Il n’y avait pas moyens d’affecter ces agents et cadres de CIR par manque des numéros matricules de la fonction publique, en suivant les instructions données par le Ministre de la Fonction Publique, celles de ne pas recruter des nouvelles unités. Ces agents et cadres (du programme CIR) attendent le paiement de leurs salaires dont le document financier se trouve déjà au ministere de budget. Partant de ces faits, il n’y a pas eu licenciement abusif et massif auquel ils font allusion…

Eugénie Salebongo Basoy

Lire aussi

Les plus populaires