Bilombagate : «Homme connais-toi toi-même»

Attribuée à tort à Socrate, l’expression célèbre «Homme connais-toi toi-même était apposée sur le fronton du temple de la pythie de Delphes dans la Grèce antique. Plus qu’une exhortation à la connaissance de soi-même, il s’agit d’un appel à la prise de conscience de ses propres limites, un rappel à l’ordre en soi.


Pour le cas du dossier qui oppose le député Ngoyi Kasanji au conseiller Macellin Bilomba à qui toute la planète reproche un manque de courtoisie caractérisé, une prétention de l’expression du philosophe Socrate vient régler sans détour les comptes au prétentieux collaborateur du chef de l’État.

Marcellin Bilomba semble ignorer ses limites en tant qu’humain et dans le cadre professionnel.
Se dire parfait pour avoir fait des études dans un pays où selon lui, les diplômes ne s’achètent pas et piétiner ceux des autres en le traitant des diplômes obtenus dans une université parallèle est une incartade d’un autre âge… Bilomba « est loin de l’éthique ». Sinon « la courtoisie est un nouveau concept pour lui ».
Aussi, « un conseiller qui bombe la poitrine en lieu et place de garder son bureau pour concevoir et planifier s’éloigne de ses prérogatives ». C’est un personnel politique dont les faits et gestes sont rigoureusement contrôlés. En s’octroyant une liberté aussi nocive,
l’homme navigue entre son rôle et son épiderme.


« Homme connais toi toi-même» place Bilomba devant ses valeurs humanistes. Est-il vraiment supérieur à la borne des connaissances attribuée à chaque être humain par la nature ? Monsieur le conseiller, l’humilité précède la gloire.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires