RDC : Le Gouvernement appelé à « assainir le climat des affaires dans le secteur agricole »

Le Président Félix Tshisekedi a, au cours de la réunion du conseil des ministres tenue vendredi 17 juin 2022, attiré l’attention de son Gouvernement sur les tracasseries administratives et autres faits qui assombrissent le climat des affaires notamment dans le domaine agricole.


À en croire le compte-rendu dudit conseil des ministres, le Président Félix Tshisekedi a « rappelé que le secteur agricole est capital pour le développement durable de notre pays, dans la mesure où il constitue le socle de la diversification de l’économie dont notre pays a grandement besoin ».

Réitérant sa volonté de voir « la revanche du sol sur le sous-sol se réaliser », le Président de la République a cependant fait remarquer que cela « ne peut être possible que dans un climat des affaires sain, exempt de toutes tracasseries administratives, et le respect strict des Lois en matière agricole ».



« (…) Les informations en sa [Président de la République, ndlr] possession font état d’une série de comportements arbitraires de la part de l’Office Nationale des Produits Agricoles, ONAPAC en sigle, dans la perception des taxes sur l’exportation du café et du cacao dans les provinces de Nord Kivu et de l’Ituri ; et ce en violation des lois et réglementations en matière d’exportation des produits agricoles. A cela s’ajoutent, les tracasseries administratives et influences négatives des agents des services de sécurité et de renseignement de ces Provinces », écrit Patrick Muyaya Katembwe, Ministre congolais de la communication et porte-parole du gouvernement.

Selon la même source, « ces comportements qui découragent les opérateurs économiques entravent la volonté clairement exprimée du Gouvernement d’assurer la diversification de notre économie, et la compétitivité des produits congolais sur le marché d’exportation. Ils favorisent en outre la contre-bande, l’exportation illicite du café et du Cacao vers les pays voisins ».

Face à cette situation, le Premier Ministre a été « chargé de prendre des mesures conservatoires pour stopper toutes les tracasseries principalement celles émanant des structures et services de l’Etat, et de convoquer, une table ronde entre tous les acteurs concernés pour rétablir tout le cadre réglementaire y compris dans les aspects fiscaux tant au plan national que provincial afin d’assurer la croissance de la production et des exportations agricoles, créatrice d’emplois et de richesses dans ces provinces ».

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires