Tshikapa : Le directeur de la prison centrale « alerte sur la non prise en charge des détenus »

Le directeur provincial de la prison centrale de Tshikapa (Kasaï), Pascal Nsaka alerte sur « les plus mauvaises conditions de vie » des détenus, particulièrement leur non prise en charge par les gouvernements tant provincial et central.

Dans une interview accordée à ACTU7.CD le mercredi 12 août 2022, ce responsable de la prison précise que la maison pénitentiaire mise sous sa gestion compte plus de trois cent soixante (360) détenus dont dix (10) femmes et six (6) mineurs qui vivent dans des conditions précaires et meurent de faim.

À ces détenus s’ajoutent trois (3) nourrissons qui accompagnent leurs mères en état d’arrestation qui traversent le même calvaire au vu et au su des autorités.


« Ce dernier temps, les détenus traversent une situation précaire, ils n’ont pas à manger, la structure sanitaire n’a pas de médicaments, nous avons des médecins et des infirmiers mais qui n’ont pas de produits pharmaceutiques. On a totalisé déjà deux mois sans nourriture. Ce sont des cas qui sont très pendants », a déclaré Pascal Nsaka Emana Nsaka.

Lire aussi  Kidnapping à Kinshasa : Une femme alerte sur l'enlèvement de son enfant à Masina

Selon lui, l’infirmerie de la prison a aussi enregistré cinq (5) nouveaux cas de tuberculose. Malheureusement, poursuit-il, ces malades ne sont pas pris en charge par manque de médicaments à la pharmacie de la prison.

La prison centrale de Tshikapa contient un nombre de détenus dépassant ses capacités d’accueil. Cette maison abritant la prison était une boulangerie laissée par les belges, qui, aujourd’hui, se retrouve dans un état de délabrement.

Diaris Kindalo, à Tshikapa

Lire aussi

Les plus populaires