Rentrée scolaire : Le désarroi des déplacés logés dans les écoles à Mambasa

Depuis début août 2022, des attaques attribuées aux Forces Démocratiques Alliées (ADF) secouent la chefferie de Babila Bakwanza, à l’est de Mambasa, sur l’axe Mambasa-Komanda, dans la province de l’Ituri. Ces violences ont fait fuire des milliers de personnes de leurs habitations. Plusieurs centaines de familles ont trouvé refuge dans les écoles.

Nous sommes à l’institut Tolimbo, à l’est de la cité de Mambasa. Ici, la cour grouille de monde. À quelques heures de l’arrivée des élèves et leurs enseignants, l’inquiétude et le désarroi se lisent sur les visages des parents déplacés. En effet, ils devront désormais trouver un autre endroit où vivre désormais. Mathias est venu de Mabukulu. Ce père de famille, la quarantaine révolu « ne sait plus à quel saint se vouer » et « appelle les autorités à rétablir la sécurité » dans les zones affectées afin que les déplacés retournent chez eux.

« (…) C’est compliqué et c’est fini pour nous. Où irons-nous avec tous ces enfants et nos femmes ? (…) avec la rentrée des classes, on ne sait pas où nous irons vivre. On est démunis dans notre propre pays (…) Que les autorités fassent tout afin que nous puissions rentrer chez nous (…) », lance-t-il en pliant un matelas.

Lire aussi  EPST : Tony Mwaba lance l'atelier d'élaboration du manuel de procédures de l'Examen d'État

Presque toutes les écoles du centre de Mambasa sont occupées par les déplacés. D’après une source sécuritaire anonyme, les autorités comptent remettre une bâche par ménage aux déplacés. Ceux-ci devront libérer les écoles et s’installer dans un endroit qui reste à déterminer.

Pendant ces temps, le trafic routier entre Mambasa et Lolwa reste toujours suspendu sur ordre de l’autorité territoriale. Les écoles de cet axe devront fonctionner à Mambasa centre.

Andy Kambale Matuku, à Mambasa

Lire aussi

Les plus populaires