Processus électoral : C. Mutamba et la DYPRO saluent les avancées réalisées et s’opposent au changement du bureau de la CENI

Dans un mémorandum transmis aux chefs des confessions religieuses membres de la commission d’intégrité et de médiation électorale, CIME, lundi 12 septembre 2022 et dont une copie a été transmise au média non-aligné, la Dynamique Progressiste Révolutionnaire, DYPRO, plateforme politique dirigée par Constant Mutamba, salue les avancées réalisées dans le cadre du processus électoral.

Cependant, cette structure appelle la commission électorale nationale indépendante, CENI, à organiser chaque mois une séance de communication avec la classe politique.

« Saluons l’avancement des opérations préparatoires des élections générales de 2023 par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et recommandons à l’institution de gestion des élections d’intensifier le dialogue électoral avec les parties prenantes pour renforcer le consensus national autour dudit processus ; Apprécions l’attitude de transparence qui caractérise jusqu’ici les
différentes opérations de recrutement et d’appel d’offres par la CENI ;… », lit-on dans ce mémo.


La DYPRO invite par ailleurs le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) à vider les arriérés législatifs ayant trait au processus électoral afin de faciliter la mise en œuvre du calendrier électoral attendu.

Et d’ajouter, « nous nous opposons catégoriquement aux tentatives de glissement, à travers la remise en cause de l’actuel Bureau de la CENI, installé avec 24 mois de retard, mais qui est suffisamment avancé dans les opérations préparatoires des élections ».

« Pour l’opposition républicaine, le débat autour de la composition du Bureau de la CENI est à ce jour révolu, les bases de l’organisation des élections ayant déjà été cimentées ; Rappelons qu’aucun élément nouveau ne justifie aujourd’hui le changement du Bureau actuel de la CENI, étant donné qu’il est régulièrement composé, suivant l’esprit et la lettre de la loi organique sur la CENI, à savoir les délégués de la majorité, de l’opposition ainsi que ceux de la société civile », écrit la DYPRO.

Constant Mutamba et son groupe « rappellent encore que l’opposition politique congolaise est et demeure plurielle, et nul acteur ne peut prétendre en détenir le monopole, dans le sens d’assouvir ses appétits égoïstes, qui contrastent dangereusement avec les attentes légitimes de notre peuple (élections en 2023) ».

« L’opposition républicaine DYPRO qui tient au respect strict de la constitution, ne cautionnera aucun glissement du calendrier électoral », conclut la DYPRO.

Jeff Kaleb Hobiang

Lire aussi

Les plus populaires