RDC : La société civile et l’IGF restituent le protocole d’accord signé dans le cadre de la lutte contre la corruption

La corruption doit impérativement être réduite au néant en République Démocratique du Congo (RDC). La société civile congolaise, qui ne veut pas laisser la charge de la lutte contre ce fléau à la seule Inspection Générale des Finances (IGF), se veut aussi un acteur majeur dans ce combat.

Dans ce contexte, un atelier a été organisé samedi sous la houlette de Jean-Claude L’attende, Président de l’ASADHO (Association Africaine des Droits de l’Homme), pour restituer le protocole d’accord signé entre les Organisations de la Société Civile Congolaise engagées dans la Lutte contre la Corruption (OSCCLC) et l’IGF.

Ce protocole d’accord a décidé de la mise sur pied d’un cadre de concertation permanent pour échanger sur l’évolution des questions liées à la lutte contre la corruption en RDC, en vue de multiplier des stratégies pour vaincre ce mal. Des réunions se tiendront, selon ce document, une fois le mois en plénière et une fois chaque mois en comité restreint.


Il faut noter que la plénière est constituée de l’lGF et toutes les OSCCLC identifiées comme engagées dans la Lutte contre la corruption. Le comité restreint est composé du Groupe de Travail de l’lGF et des OSCCLC. Le Groupe de Travail de l’lGF, GT/lGF est composé de l’lnspecteur Général, Chef de Service et des lnspecteurs des Finances désignés par lui.
Le Groupe de Travail des OSCCLC est composé de l’ODEP, AZADHo, REGED, LICOCO, CERN-CENCO, ACAJ, AETA, CRJT, CAFCO, RES PUBLICA, Les lntègres, CJPSC/ECC et P.E.S. ll est appuyé par un Secrétariat Technique composé des 3 Leaders des OCS de jeunes et de femmes.

Aussi, note-t-on, ce protocole d’accord veut que la société civile puisse avoir accès facile aux informations sur les finances publiques. À en croire l’article 6 de ce document, les OSCCLC et l’IGF vont travailler essentiellement en synergie. Il est recommandé par exemple à ces organisations de la société civile de fournir toutes les informations recueillies sur la corruption à l’Inspection Générale des Finances pour étudier la possibilité d’amorcer une enquête. Les OSCCLC ne doivent pas également entraver les enquêtes déclenchées par ce service de la présidence de la République.

En 2021, la RDC a été 169e sur la liste de 180 pays les plus corrompus dans le monde, selon l’indice de perception de la corruption publié par l’organisation internationale Transparancy International.

Patrick Nguwo

Lire aussi

Les plus populaires