Insécurité dans l’Est de la RDC : Les négociations de Nairobi lancées en présence d’une quarantaine de groupes armés

La troisième phase des négociations directes entre le gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) et les groupes armés actifs dans l’Est du pays viennent de s’ouvrir ce lundi 27 novembre 2022 à Nairobi au Kenya.

Ces négociations ont été lancées en présence du président burundais et président en exercice de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) Évariste Ndayishimie, de l’ancien président Kenyan et facilitateur désigné de l’EAC Uhuru Kenyatta et de son successeur William Ruto.

D’après un délégué venu de la province de l’Ituri, au moins quarante-cinq (45) délégués des groupes armés actifs dans les deux (2) Kivu, l’Ituri et le Tanganyika sont présents à Nairobi. À ceux-ci s’ajoutent les représentants de la société civile et des communautés affectées par les violences dans cette partie de la RDC.


Pendant ce temps, une accalmie relative s’observe dans les provinces où règne l’insécurité. Le Mouvement du 23 Mars (M-23) soutenu par le Rwanda, qui se bat contre l’armée congolaise dans plusieurs localités du Nord-Kivu et exclu de ces négociations par Kinshasa, a fait la sourde oreille à l’appel du mini-sommet de Luanda qui l’enjoint à déposer les armes et à quitter les localités conquises.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires