Insalubrité et Kuluna à Kinshasa, pourquoi la rencontre Tshisekedi- bourgmestres fait-elle jaser ?

 

Il est des réalités qui échappent à tout bout de champ à l’entendement humain depuis la venue des nouvelles technologies de l’information et de la communication principalement, les réseaux sociaux sur la terre des humains.

Tout se dit parfois sans retenue ni scrupule ou encore, jugement rationnel. Le dernier cas en date est celui de la rencontre Tshisekedi- bourgmestres des différentes communes de la ville de Kinshasa. Une initiative du président de la République qui tient à la sécurité et à la salubrité dans la capitale congolaise traitée aujourd’hui de tous les noms d’oiseaux.

Pour Félix Tshisekedi, les premiers concernés dans cet état des choses, se trouvent être les chefs de chaque ladministration municipale. D’où le bien fondé de son initiative de les sensibiliser contre l’insécurité et l’insalubrité. Du reste, le gouverneur de la ville qui a conduit la délégation a salué l’action du chef de l’État tout en reconnaissant que la situation nécessite plus d’efforts en dépit de ce qui est fait.


Que la rencontre soit critiquée de la manière dont certains ont orienté leurs commentaires, celà étonne jusqu’aux nouveaux nés. Vouloir faire croire à la galerie que Tshisekedi est descendu trop bas en réunissant les bourgmestres en sa qualité de chef de l’État alors qu’il y a un gouverneur et un ministre de l’intérieur relève de l’irrationnel.

Certes, le principe de partage des responsabilités veut que chacun fasse son travail mais pour le cas du président de la République, la constitution lui confie la charge de la direction du pays. Veuiller sur le bon fonctionnement des institutions de la base au sommet est son travail.
C’est ici le lieu de saluer sa bienveillance en communiquant sa vision sans intermédiaire aux gestionnaires à la base à Kinshasa. Question : que dirait-on si à l’opposé, le chef de l’État réunissait au tour de lui, les administrateurs de territoires du Haut Katanga ? Kinshasa est constituée de 24 communes l’équivalent des territoires, selon la nomenclature héritée du colonisateur belge.

Une autre aberration, c’est de rependre le mensonge selon lequel, tout part de la prochaine visite du pape François prévu fin janvier à Kinshasa. Réunir les bourgmestres pour parler sécurité et salubrité, c’est du trompe l’oeil. Véhiculer des inepties de cet ordre est une malhonnêteté intellectuelle. À retenir, une fois pour toutes que Félix Tshisekedi a invité le Pape pour des motifs spirituels et non polico- administratifs. Halte donc à l’infox.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires