Contrat chinois : Moïse Ekanga, Jean Marie Kasamba et l’ACGT ont détourné 522 millions USD!

Des révélations se succèdent au sujet de l’affaire contrat chinois où selon l’IGF, l’Etat congolais est perdant dans ce deal infrastructures contre minerais signé par le régime Kabila.

Réagissant aux conclusions de l’inspection générale des finances, IGF, l’ambassadeur de Chine en RDC, tout en reconnaissant que dans le cadre de la Sicomines, 822 millions de dollars est l’équivalent des ouvrages exécutés pour le temps déjà consommé, Diao Yings rejette le fait que les partenaires chinois ont procédé à la surfacturation de matériels et que le montant réel décaissé est 300 millions de dollars.

Enfonçant le clou, la diplomatie chinoise a renvoyé la balle à l’Agence congolaise des Grands Travaux, ACGT censée avoir exécuté les ouvrages et biensûr, au secrétaire exécutif du bureau de Coordination et de suivi du contrat chinois, fonctions assumées par le très controversé Moïse Ekanga. Il faut noter que le Bureau Technique de Contrôle, BTC, a assuré avoir retracé seulement 300 millions de dollars.

Lire aussi  Audition de Kibassa par la sous commission NTIC : Nsingi orchestre une campagne de sape contre le ministre félicité pourtant par l'ensemble des députés

Aux analystes de s’interroger, où sont parties les 522 millions autres ? Un flou entoure le dossier.

Seulement voilà, l’Etat congolais crie au scandale étant donné que la population est loin de bénéficier des dividendes de ce contrat étalé sur 25 ans. Moïse Ekanga, le millionnaire connu de tous ne saurait convaincre sur ce point. La vedette des médias du temps où il assumait les fonctions de D.G de l’ACGT poussant son cran à un niveau très élevé, avait réquisitionné la chaîne de télévision Télé 50 moyennant, selon des sources, versement de USD 25.000 à chacune de ses interventions. C’est fut une aubaine pour le responsable de ce média également incriminé dans le rapport d’escroquerie de l’Etat congolais de l’IGF.

Avec cette fortune acquise de la manière connue désormais de tous, la balle se trouve dans le camp de la justice comme le souhaitent les congolais rendus lambdas par un groupe de leurs compatriotes à qui la nation a confié la charge de gérer la chose publique.

Lire aussi  ACK : Mukuna et Mutombo à couteaux tirés, les adeptes se regardent en chiens de faïence

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires