Ass. Nat. : La proposition de loi portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre national des sages-femmes adoptée

Les députés nationaux ont adopté, ce mercredi 10 mai 2023, la proposition de loi portant création de l’Ordre national des sages-femmes. La plénière qui a approuvé le rapport relatif à cette proposition de loi présentée par le président de la commission sociale et culturelle, a été dirigée par le Professeur André Mbata, premier vice-président de l’Assemblée Nationale.

Après avoir approuvé ce rapport, le bureau de la chambre basse du parlement a accordé un délai de 48 heures pour le dépôt des amendements visant à enrichir le texte de loi.

Dans l’économie de la proposition de loi qu’il a faite, Léon Mondole a dit que sa commission a travaillé durant 20 jours l’initiative de loi du député Eliezer Ntambwe Mposhi. Et pour avoir suffisamment d’éclairage sur cette importante matière, du reste nouvelle, la commission a associé à ses discussions des membres du Gouvernement concernés par la question.


Il s’agissait notamment du Ministre de la Santé publique et celui de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU). Et ce, dans le souci d’avoir beaucoup plus de lumière. Pour améliorer le texte, la commission a associé également la Société congolaise des sages-femmes.

Lire aussi  RDC-Coronavirus : 102 nouveaux cas confirmés malgré la présence des experts médicaux chinois au pays (1730 au total)

Concernant la structure, il s’agit, pour la loi, de créer, d’organiser le fonctionnement de l’ordre des sages-femmes. C’est pourquoi, le texte intègre les dispositions liées à la création de l’ordre, à l’organisation de l’ordre. Et de ce fait, l’ordre est organisé partant de l’assemblée générale au niveau national, suivie du conseil national des sages-femmes.

Ce même type d’organisation a été dupliqué au niveau des provinces en autorisant l’institution d’une assemblée provinciale et d’un conseil provincial ; organisation qui s’étend jusqu’aux territoires.
Le texte mis à la disposition comptait 83 articles. 20 articles ont été adoptés comme tels, sans amendements ; 40 autres ont été adoptés moyennant restructuration, c’est-à-dire avec amendements ; 17 articles ont été supprimés parce que jugés soit superfétatoires, soit incohérents ; 4 autres ont été fusionnés et la commission en a créé 10.

Il faut noter aussi que la profession sage-femme a évolué de l’accouchement à celle de sage-femme, de la profession auxiliaire à la profession médicale et autonome à compétence définie à l’obstétrique physiologique et gynécologie préventive, en assurant la prise en charge de la santé sexuelle et reproductive de la mère, du nouveau-né et de l’adolescente.

Lire aussi  Sud-Ubangi : installation d'un laboratoire de test de confirmation covid-19 à Gemena

Cette profession est exercée en RDC sans cadre légal clair régissant les professionnels. D’où la nécessité de créer un ordre pouvant réguler l’exercice de cette profession et faciliter l’accès aux services de santé sexuelle et de la reproduction de qualité.

Dans le débat général, certains députés nationaux pensent que cette proposition de loi ne reconnaît pas la sage-femme du village alors que cette femme rurale abat un travail de qualité. Il faut redéfinir cette disposition afin de tenir compte de la sage-femme du village. Pour d’autres, la proposition de loi est discriminatoire. Au finish, tous ont promis de déposer leurs amendements à la commission Sociale et Culturelle, endéans 48 heures pour améliorer ce texte de loi.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires