17 mai : Le malheur !

 

La date du 17 mai 1997 rappelle un certain nombre des faits notamment, l’entrée triomphale des soldats de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération, AFDL. Sous l’appellation de  » Kadogos », ces militaires pour la majeure partie d’entre eux des mineurs ont investi Kinshasa, sans combats.

Ce fut le jour où Mobutu et sa suite ont dit aurevoir au pouvoir. Le dictateur régnait depuis 32 ans à la tête du grand Zaïre redevenu République Démocratique du Congo à l’entrée de l’AFDL.
Changement politique de taille mais raté. Effet, après les décennies dictatoriales post indépendances en Afrique en général, les congolais auraient souhaité assister au changement tant caressé. Hélas, les pseudos révolutionnaires venus de Kigali, Kampala et autres capitales des lobbies financiers internationaux et dirigés par celui que l’on appelle Mzee Kabila s’emploient de tirer le drap chacun de son côté, le pays est malmené par une clique d’étrangers qui ont investi les institutions, un pouvoir alors marqué des coups bas. En réalité les alliés préparent un coup de massue contre le tombeur de Mobutu, son assassinat. Un acte qui constitue l’un des signes précurseurs de l’hécatombe à venir. La suite est connue de tous.

Lire aussi  Justice : Liberté provisoire, fonds de commerce ?

Un autre membre du « conglomérat d’aventuriers s’empare du pouvoir, avec objectif de concrétiser les accords ». Joseph Kabila 18 ans durant fit du Congo, l’auberge des alliés. Rwandais, ougandais, burundais et lobbies. Le chaos se confirme davantage, le pays de Lumumba s’enfonce et est humilié à l’international.


Aujourd’hui, que le pouvoir a changé de Camp, les efforts fournis pour son redressement paraissent moindres au regard de l’énormité des défis. La sécurité malmenée, l’économie par terre, le social au bas de l’échelle, rien ne va. Une conséquence de la date du 17 mai 1997, historique mais porte malheur.

Les congolais se souviennent encore de la Libération mais incapables de la définir et de donner son contenu au regard de ce qu’a été, l’après 17 mai, le chaos.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires