Marche de l’opposition/C. Lubaya à Tshisekedi : « Il fait même état d’une prime présidentielle à l’impunité et à l’intolérance politique »

 

Les réactions fusent de partout après la répression de la marche de l’opposition organisée pour dire non à la vie chère et à l’agression rwandaises dont est victime la République Démocratique du Congo (RDC) dans sa partie Est.

Pour le député national Claudel Lubaya, les propos tenus par le Président de la République Félix Tshisekedi félicitant « le professionnalisme » de la Police Nationale Congolaise (RDC) lors de sa visite aux victimes de la répression, ne sont pas à sa place.

« Il s’agit, de la part du Chef de l’État d’une sortie regrettable de piste, d’un manque d’empathie sincère à l’égard des victimes, d’une intimidation à l’endroit de toute voix dissidente, d’une prime présidentielle à l’impunité et à l’intolérance politique, d’éloges publiques à la violence d’État et à violence des lois en matière d’exercice des libertés publiques ; ce qui confère au Congo, le statut d’un État voyou (État qui viole de manière systématique les droit les plus élémentaires de l’être humain) », a-t-il dit.


Selon l’élu du Kasaï-Central, la Police a failli à sa mission constitutionnelle.

Lire aussi  RDC : Me Luc Fikiri demande à Thambwe Mwamba de retirer ses propos tenus à l'égard du chef de l'État

« En faisant ainsi recours aux machettes et bâtons, la police a failli à sa mission constitutionnelle (Article 182 et 183 de la Constitution) et légal (Article 2, 4 et 8 de la Loi organique Numéro 11/013 du 11 août 2011 portant organisation et fonctionnement de la PNC ; Article 49 et 51 de la Loi Numéro 13/013 du 1er juin 2013 portant statut du personnel de carrière de la police nationale congolaise) », a-t-il déclaré.

Selon toujours lui, la Police s’est rendue à la fois complice et coupable des actes réprimés par les lois de la République tout en portant atteinte à l’intégrité physique de paisibles citoyens.

« Elle s’est rendue à la fois complice et coupable des actes réprimés par les Lois de la République notamment atteindre à l’intégrité physique de paisibles citoyens et torture. Elle n’a été ni professionnelle ni républicaine. Il s’est agi, vraisemblablement, d’un scénario écrit d’avance avec un positionnement démesuré de forces de l’ordre, en ce compris certains éléments des forces armées », a-t-il ajouté.

Lire aussi  RDC : L'Assemblée provinciale du Nord-Kivu plaide pour le lancement des opérations d'enrôlement à Masisi et Rutshuru

Il sied de rappeler que la force de l’ordre avait réprimé violemment la marche de l’opposition organisée le 20 mai dernier contre la vie chère pour n’avoir pas respecté l’itinéraire indiqué par le Gouverneur Gentiny Ngobila.

Frank Kalonji

Lire aussi

Les plus populaires